Rechercher
  • William

L'activisme actionnarial : Réaction des marchés financiers à la suite d'une campagne activiste

Dernière mise à jour : 24 janv. 2020

Passionné par le sujet de l'activisme actionnarial, je vous livre ici quelques recherches que j'ai effectuées récemment sur ce phénomène. Cela fera l'objet de plusieurs articles thématiques (ici une revue de littérature focalisée sur la réaction des marchés à la suite d'une campagne activiste) dont un retraçant le cas Elliott - Pernod Ricard.


N'hésitez pas à laisser vos commentaires.


Bonne lecture...


REACTION DES MARCHES FINANCIERS A LA SUITE D'UNE CAMPAGNE ACTIVISTE


Plusieurs études visant à analyser les mouvements des marchés financiers à la suite d’une annonce d’un évènement activiste ont été réalisées. Bien que la majeure partie d’entre elles reconnaissent une réaction positive, certaines études relativisent ces conclusions.


A partir d’une étude d’évènements entre 1989 et 1997, portant sur un échantillon d’une trentaine de sociétés françaises sujettes au mécontentement d’actionnaires minoritaires, Carine Girard (2003; La visibilité de la cause actionnariale ) a observé une absence de réaction positive du marché un jour avant l’annonce d’une action activiste. Son étude souligne néanmoins des rentabilités anormales cumulées positives, entre 40 et 30 jours avant la médiatisation de l’évènement.


L’étude de Stockman (2007; Influences of Hedge Fund Activism on the Medium-Term Target Firm Value) met en évidence une relation anormale significativement positive à court et à moyen terme, ce qui indiquerait que les fonds activistes concourent à créer de la valeur pour les actionnaires.


La réaction sur les marchés serait également attachée au motif de la contestation de l’activiste face à la direction de l’entreprise. Un motif « agressif » ou « non routinier » amènerait une plus grande probabilité de succès de l’action activiste et par conséquent une réaction positive du marché.Le terme « non routinier » (Cziraki, Renneboog et Szilagyi, 2010) définit uniquement une évolution de membres au sein du conseil d’administration alors que le terme « agressif » (Klein et Zur, 2009) fait référence à des demandes plus larges allant de ces mêmes changements au sein du conseil d’administration à une contestation sur une opération financière, à un changement de dirigeant ou leur rémunération, etc.


L’étude de Bessler et al (2015 ; The Returns to Hedge Fund Activism in Germany ) ainsi que celle de Bebchurk et al (2015 ;The Long-Term Effects of Hedge Fund Activism ) montrent pour leur part que l’action des hedge funds dans des sociétés faiblement rentables et mal gouvernées contribue à augmenter leur valeur à court et à long terme sur les marchés financiers des entreprises ciblées.


L’étude de Dotsenko et Filatotchev (2015; Shareholder activism in the UK: types of activists, forms of activism, and their impact on a target’s performance ) montre quant à elle que l'efficacité de l'activisme en termes de rendements anormaux sur les marchés boursiers (ici au Royaume-Uni) varie considérablement en fonction de la forme, du type d'investisseur et de la nature de leurs propositions. Là encore, un activisme plus « agressif » (changement de stratégies commerciales, changement de gouvernance) est susceptible d’avoir un impact significatif sur les performances de la société ciblée, et donc sur son cours de bourse, contrairement à une forme d’activisme moins contraignante pour les dirigeants de la société (deébat public par exemple).


L’étude d’Albouy et al (2017; L’impact des actionnaires activistes sur les performances à court, moyen et long terme des entreprises européennes) met en évidence une réaction positive des marchés 10 jours avant l’annonce, due selon les auteurs à de possibles fuites d’informations. Elle met par ailleurs en évidence une surperformance des actions des entreprises ciblées à court, moyen et long terme par rapport au marché qui serait, pour le long terme, concomitante à l’amélioration des performances opérationnelles et financières de la société.


L’étude de Becht et al (2017 ; Returns to Hedge Fund Activism: An International Study ) met en évidence, sur un large échantillon de 1740 campagnes activistes, l'incidence et la performance de l'activisme international des hedge funds. Ainsi, il apparait que lorsque les activistes obtiennent gain de cause dans leurs revendications (changement de gouvernance ; améliorations opérationnelles ; etc.), ils obtiennent des performances anormales positives et significatives sur toute la durée de leur engagement. Les prises de contrôle, qui sont souvent précédées de changements de gouvernance, apportent les résultats les plus rentables pour les activistes.


Enfin, l’étude de Bauchau (2016 ; Impact des actionnaires activistes sur la performance des sociétés ciblées : Application de la méthodologie des études d’évènement) reconnait que l’impact sur la performance d’une prise de participation d’au moins 5 % par les hedge funds activistes dans des sociétés cotées est positif, mais seulement dans certains cas. En effet, l’entrée au capital d’une société cotée d’un hedge fund activiste fait augmenter le cours de l’action, en moyenne, de 7 % à moyen terme. Néanmoins l’étude relève également un impact négatif ou neutre dans certains secteurs d’activité, tel que celui des matériaux de base, qui, à court terme, voit sa performance diminuée.



35 vues0 commentaire